mardi 26 juin 2018

Revues systématiques Cochrane en lien avec la kinésithérapie, Juin 2018

Lettre d'information Kinésithérapie Juin 2018


La lettre de juillet présente la sélection des revues publiées de Janvier à avril 2018 dans la Cochrane Library.

Résumé du mois : Est-ce que la mobilisation ou les exercices précoces en réanimation améliore les activités fonctionnelles et quotidiennes comme la marche des personnes après leur séjour à l’hôpital ? Doiron KA, Hoffmann TC, Beller EM. Early intervention (mobilization or active exercise) for critically ill adults in the intensive care unit.Cochrane Database of Systematic Reviews2018, Issue 3. Art. No.: CD010754. DOI: 10.1002/14651858.CD010754.pub2Ceci est une nouvelle revue systématique .

Revue Cochrane : quatre essais randomisés contrôlés incluant 690 participants (âge moyen de 56 à 62 ans) hospitalisés pour un état de santé critique (3 études) et après chirurgie cardiaque (1 étude). Les études ont été réalisées aux Etats-Unis (n=2) et en Australie (n=2).

Fiabilité : La qualité des informations était faible.

Résultats : L’estimation des effets combinés (méta-analyse) à partir des résultats individuels des 4 études n’a pas été possible. L’efficacité des mobilisations ou exercices précoces en réanimation sur les performances et la fonction physique n’a pu être étudié. Les effets sont incertains à cause du faible nombre d’études et des risques de biais élevés. Il existe des différences importantes entre les études concernant les patients, les composantes d’interventions, les critères d’évaluation. Des effets indésirables ont été rapportés mais il n’est pas possible de déterminer si les risques sont plus élevés quand elles sont pratiquées par rapport à une absence de pratique.


Pour en savoir plus, lire le résumé ici

10 revues ont été sélectionnées qui concernent les domaines d'application de la physiothérapie suivants :

La sélection des titres a été réalisée par des kinésithérapeutes / physiothérapeutes exerçant en Suisse, Allemagne, France

lundi 18 juin 2018

Post-doc – Versailles - analyse de la marche auprès de patients AVC

Post-Doc 18 mois, IFSTTAR, Versailles : analyse de la marche auprès de patients AVC, Projet ACTIPHYZ

Profil recherché : Doctorat en biomécanique et sciences du mouvement. Des compétences en analyses de données et statistiques sont indispensables. Autonomie dans le travail. Bonnes capacités de synthèse et de rédaction. Bon niveau d’anglais.


Durée : 18 mois
Prise de fonction : 3 septembre 2018
Poste : Chargé de Recherche Contractuel
Financement : sur contrat ANR
Salaire brut : aux environs de 1800 euros/mois (net)
Laboratoire d’accueil : IFSTTAR – LEPSIS, Versailles-Satory

Des renseignements complémentaires ici !

La dead-line de l'appel à communication des JFK2019 repoussée

Une bonne nouvelle pour les kinés/physiothérapeutes scientifiques retardataires,

La dead-line de l'appel à communication des Journées francophones de Kinésithérapie est repoussée au 24 aout 2018

Déposer votre proposition de communication ici

 

Des informations sur ce congrès ici! 

APPEL A CANDIDATURES HAS MK expert troubles du neurodéveloppement

Dossier 74 Repérages des troubles du Neurodéveloppement

Appel à candidature de Masseurs-Kinésithérapeutes Experts : Dossier 74


Thématique : Repérages des troubles du neurodéveloppement et orientations à réaliser chez les enfants vulnérables de 0 à 7 ans 

Mission:
Dans le cadre de son programme de travail, la Haute Autorité de Santé (HAS) en partenariat avec la Société française de néonatologie (SFN) a inscrit une recommandation de bonne pratique sur le thème : « Repérages des troubles du neurodéveloppement et orientations à réaliser chez les enfants vulnérables de 0 à 7 ans ».

Les principales thématiques qui seront abordées dans cette recommandation sont :
  • les facteurs de risques de troubles neurodéveloppementaux chez les enfants nés prématurément ou présentant d'autres facteurs de vulnérabilité ;
  • l'identification des signes d'appels et le repérage d'un TND ;
  • le parcours de l'enfant et de sa famille de l'identification des signes de TND à l'orientation vers une équipe de diagnostic.

La HAS et la SFN souhaiteraient que le « Collège de la Masso Kinésithérapie (CMK)»  soit associé à ce travail.
Ce travail sera réalisé par le service des bonnes pratiques professionnelles de la HAS et coordonné par le Pr Élie Saliba pour la SFN. La recommandation sera élaborée selon la méthode « Recommandations pour la pratique clinique » avec relecture par les parties prenantes (sociétés savantes, associations de parents d'enfants nés prématurément, etc.).

Modalités:
La méthode de travail retenue fait intervenir un groupe de travail, dont les membres auront pour mission d'analyser, de critiquer et de compléter si besoin l'analyse de la littérature réalisée, et de rédiger le texte des recommandations à partir de cette analyse et des avis exprimés au cours de plusieurs réunions de travail à la HAS (nombre prévisionnel : 3 réunions de septembre 2018 à janvier 2019).



Le Collège de la Masso-Kinésithérapie recherche des Masseurs-Kinésithérapeutes ayant une expertise en lien avec la thématique :

Leur participation ne sera effective qu'après l'analyse de leur déclaration d'intérêts, ceux-ci ne devant pas avoir de liens considérés comme majeurs avec le thème au regard de la grille d'analyse du « Guide des déclarations d'intérêts et de gestion des conflits d'intérêts » de la HAS (www.has-sante.fr).


Procédure de candidature :
Les candidatures doivent être adressées au Collège de la Masso-Kinésithérapie
au plus tard le vendredi 22 juin 2018 à 18H00 (date et heure de clôture de l'appel),
par voie électronique exclusivement, à l'adresse :
secretariat@college-mk.org

Composition du dossier pour chaque candidat :
  1. Une lettre de candidature à l'attention du Président du CMK sur laquelle figure le N° d'inscription à l'ordre professionnel ;
  2. Un curriculum vitae actualisé avec liste des titres et travaux ;
  3. La déclaration publique d'intérêt du Collège de la Masso-Kinésithérapie ;
  4. La charte d'éthique et de déontologie du Collège de la Masso-Kinésithérapie.

L'ensemble doit être envoyé sous forme de 4 pièces jointes distinctes, en format PDF.


Critères de sélections des experts par le Collège de la Masso-Kinésithérapie :
Le CMK sélectionnera les experts selon les critères suivants :
  1. Les kinésithérapeutes candidats doivent être titulaires d'un diplôme de MK permettant l'exercice plein et entier de la profession sur le territoire français.
  2. Absence de liens d'intérêt majeurs ;
  3. Titres en adéquation avec le dossier ;
  4. Travaux récents (moins de 5 ans) en adéquation avec le dossier ;
  5. Présentation de dossiers complets ;
  6. Adéquation des aspects déontologique et/ou scientifique et/ou politique à la thématique ;
  7. Qualité de la lettre de motivation ;
  8. Appartenance à une structure membre du CMK.


Les modalités de candidature sont rappelées sur site du Collège www.college-mk.org dans l'onglet « Activités du CMK » – Pack de l'expert où la Déclaration Publique d'Intérêt et la Charte d'Ethique du Collège sont téléchargeables.
http://www.college-mk.org/pack-de-lexpert/

mardi 5 juin 2018

Rapport 2018 sur la situation professionnelle des docteurs en sciences dans la fonction publique hospitalière

DÉPÊCHE DU 20/03/2018 de AMPnews

Le rapport 2018 sur la situation professionnelle des docteurs en sciences de la fonction publique hospitalière, publié début mars par le syndicat national des scientifiques hospitaliers (SNSH) CFE-CGC services publics, met en lumière des fortes disparités dans les recrutements et les rémunérations.
Le rapport a été rédigé sur la base d'un sondage national, réalisé du 15 février au 7 mars 2018, auprès
de 492 personnels titulaires de doctorat de sciences exerçant en centre hospitalier universitaire (CHU)
ou en centre hospitalier (CH), soit 11% de la population estimée.
Selon cette enquête, les personnels titulaires d'un doctorat en sciences dans la FPH sont
majoritairement des femmes (67,5%) et recrutés depuis moins de dix ans (56,3%). Ils sont également
38,4% à avoir effectué un post-doctorat à l'étranger et 6,3% à être également titulaires d'une habilitation à diriger les recherches (HDR).
Ces personnels sont également majoritairement des contractuels: 29,3% sont en CDD et 52,9% en CDI, contre seulement 16% de titulaires de la fonction publique (17% des hommes et 13,8% des femmes).
Ce recrutement dérogatoire conduit à une "grande hétérogénéité des grilles salariales entre les
différents CHU mais aussi à l'intérieur d'une même structure", note le SNSH.

Hétérogénéité salariale
"En termes de ressources humaines, diplôme et ancienneté dans la fonction sont rarement pris en
compte et malheureusement, l'absence de règles au niveau national a conduit à un nivellement par le
bas de la rémunération des docteurs en sciences", déplore le SNSH.
Selon le sondage, 61% des répondants considèrent que "les directions des ressources humaines n'ont tenu aucun compte de leur doctorat lors de leur recrutement" et ils sont 58,6% à considérer que "leur salaire d'embauche n'est pas en adéquation avec leur compétences".

Dans les faits, 43% de ces docteurs sont recrutés sur des grilles indiciaires d'ingénieurs hospitaliers et 12,6% sur des grilles d’ingénieurs hospitaliers principaux. Aux deux extrêmes, 1,85% ont été recrutés sur la grille des maîtres de conférences universitaires-praticiens hospitaliers (MCU-PH) alors que 4% l'ont été sur la grille des techniciens supérieurs hospitaliers.

En outre, l'affectation de ces personnels est très diverse: 30,6% sont rattachés à la direction de la
recherche clinique et investigation (DRCI) de l'établissement, 26,5% aux pôles de biologie et 18,7% à
une unité de soins. Leurs missions consistent essentiellement en conduites de projets (71,1%), en encadrement des étudiants en 1er et 2e cycles (49,1%), en expertise méthodologique (45,3%) ou en formation et enseignement (44,8%).

En outre, ils sont 37% à ne pas posséder de fiche de poste clairement établie depuis leur recrutement.
"Ces fiches sont établis -souvent par eux-mêmes- dans l'urgence et par la nécessité de visites
d'organismes certificateurs ou accréditeurs externes", note le SNSH.

Insuffisance de reconnaissance
S'agissant spécifiquement de la recherche, 83% des docteurs participent à une activité de recherche
médicale dans leur service et/ou dans des unités Inserm, CNRS ou des centres de référence. Les
travaux de 82% d'entre eux sont publiés dans des revues françaises et internationales. Mais seulement
28,4% "figurent de manière systématique sur les publications auxquelles ils participent activement".
Malgré la législation en vigueur, issue de la loi du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et la recherche, seuls 23% de ces personnels disent utiliser le titre de "docteur" en milieu hospitalier et 12% affirment que "cela leur pose problème avec l'encadrement médical du service ou leur direction". Ainsi, 39% des personnels préfèrent utiliser le titre anglo-saxon de "PhD".
Sur le fond, le SNSH souligne que "l'insuffisance de reconnaissance de leur diplôme, de leur titre, le
biais discriminant notamment en termes de statut au sein des différents groupes professionnels conduit à une ambiguïté dans le rôle qu'ils exercent, à un manque de clarté dans l'étendue de leurs
responsabilités et à la perception d'une inadéquation entre les compétences détenues et le poste
occupé".

Le syndicat donne comme exemple pour appuyer ce constat le fait que ces docteurs n'ont pas toujours
de délégation de signature, ne figurent pas toujours sur la liste des cadres ou ne sont pas dans les boucles de diffusion des comptes rendus des instances.
Sur la base de ce constat, le SNSH formule plusieurs demandes, à savoir la reconnaissance du doctorat de sciences dans les conditions d'accès à la fonction publique hospitalière, la réduction des situations précaires, la reconnaissance d'un statut national, la valorisation et la reconnaissance des personnels de recherche, l'homogénéisation des grilles indiciaires au niveau nationale et la titularisation sur des grilles compatibles ainsi que la participation aux instances nationales.

Rapport 2018 sur la situation professionnelle des docteurs en sciences dans la fonction publique
hospitalière

Applications are open for the Master of Public Health in Comparative Effectiveness Research of Paris Descartes University

Applications are open for the Master of Public Health in Comparative Effectiveness Research of Paris Descartes University.

This innovative graduate programme tailored to international students is delivered in English by renowned professors from Europe and tackles high profile topics, including:

-      Innovative designs in randomized
controlled trials
-      Causality in observational studies
-      Diagnostic tests, biomarkers and screening
-      Stratified or precision medicine
-      Big data & routinely collected data
-      Meta-analysis of randomised trials
-      Meta-analysis of diagnostic studies
-      Network meta-analysis
-      Evidence synthesis

This master is for anyone interested in acquiring strong skills inmethods, comparative effectiveness research, epidemiology and biostatistics for competitive annual tuition fees (about €256)!

Visit the website www.mastercer.com for further information and apply online!